Camp de Choucha

L’histoire du camp de Choucha est indissociable des insurrections tunisiennes, de la crise libyenne et des importantes vagues migratoires qui ont touché la Tunisie entre les mois de janvier et mars 2011. La tendance à la libération des médias concomitante à cette période a permis de mettre en lumière des thèmes de société peu abordés voire dissimulés par les autorités de l’époque, que sont notamment les flux migratoires subsahariens et les migrations irrégulières des jeunes tunisiens. La création du camp remonte, de fait, à la fin du mois de février 2011.

Du fait du contexte migratoire, le camp a été érigé à la frontière libyenne, à proximité des villes de Ras J’dir (plaine à cheval entre la Tunisie et la Libye) et Bengardenne (Tunisie), dans le désert. Sa création coïncide avec celle de plusieurs autres camps de la région qui ont été érigés par des organisations internationales ou par des pays intervenants dans la guerre civile libyenne. Ces camps ont fermé quelques mois après le début des insurrections.